Architecture écologique

Les lois physiques notre seule limite

Architecture écologique

architecture écologique

La planète toute année, depuis de nombreuses années, est confrontée aux problèmes de réchauffement climatique. La présence d’une forte quantité de gaz à effet de serre dans l’environnement n’est plus méconnue. Ceci est responsable de nombreux problèmes auxquels on a vite fait de trouver des solutions. Dans le domaine de la construction, les architectes se doivent d’intégrer le volet écologique dans leur prestation. Et c’est ainsi qu’on parle d’architecture écologique ou architecture bioclimatique. C’est quoi au juste et quel est son intérêt ? On vous explique tout.

L’importance de l’architecture écologique

Encore appelée architecture durable, l’architecture écologique dispose plusieurs objectifs. Son premier est le respect de la consommation d’énergie. Pour parvenir à cette fin, le maitre d’œuvre doit installer dans les propriétés des isolations thermiques, dont le but principal est de limiter les pertes énergétiques.

Ceci est bien entendu dépendant du type de matériel choisi. Cette isolation thermique permet de lutter contre un excès de chaleur en hiver en donnant plus de fraicheur en été. Il y a une limitation dans la consommation d’énergie liée au chauffage et à la climatisation.

L’architecture écologique prend aussi en compte le positionnement de la maison en fonction du soleil. Elle permet ainsi de récupérer de manière totalement automatique de l’énergie naturelle grâce à son installation des systèmes de refroidissement et de ventilation.

Les critères à respecter pour l’architecture écologique

L’architecture écologique encore appelée bioclimatique, est variante en fonction de la température, du climat, des ressources, de la culture, du niveau social, et également des choix politiques opérés par les citoyens d’une région. 

C’est en partant des études des constructions traditionnelles, que nait l’architecture durable. Elle se qualifie comme étant « une science du concret », dont les enseignements ont permis de comprendre qu’elle est un facteur important dans la préservation de l’équilibre écologique.

Les critères à respecter pour l’architecture écologique prennent donc appuie sur cette technologie. Il s’agit d’une architecture dictée par des microclimats, ayant des avantages offerts par des ressources propres à l’environnement. On a entre autres, les constructions à base du bois issue des zones forestières, des murs en briques, des toitures à base de tuiles, en ardoises ou en lauses.

La maçonnerie se fait à partir du calcaire, avec parfois du granite ou encore un matériau n’ayant pas subit une quelconque transformation chimique.

Dans son historique, cette architecture traditionnelle prenait en compte les risques liés directement au relief et au climat. C’est ainsi que des maisons adaptées à l’inondation, les avalanches, le séisme, et autres troubles naturels, ont influencé cette manière de faire. L’architecture écologique a pris son envol dans les années 1970 aux Etats-Unis, et a su au fil du temps s’imposer et captiver l’attention des plus grands ingénieurs du monde.

L’architecture écologique dans la lutte contre la pollution

architecture écologique

Ceci est un des plus grands combats connus de nos jours. De plus en plus, les communes s’impliquent dans le recyclage, pour réduire au maximum la pollution provoquée en grande partie par les ménages. C’est aussi l’une des importances de l’architecture écologique. On retrouve des maisons qui disposent du matériel permettant de traiter les eaux usées avant de les rejeter dans la nature.

Ceci est possible grâce à des pompes à chaleur se trouvant dans les habitats, l’installation des systèmes de tri et de compostage, qui permettent de réduire considérablement les déchets produits dans les maisons.

C’est donc pour garder un environnement propre, que l’architecture écologique existe. Elle contribue aussi à préserver les états de santé des populations, et surtout à mettre en place des habitats durables.

Comment intégrer l’architecture durable dans les constructions ?

Comme nous le disions plus haut, l’architecte utilise des matériaux de construction durables, généralement recyclés ou de seconde main. Il ne s’agit pas de faire des économies financières en optant pour cette solution. Mais, il est question de limiter au maximum l’utilisation de nouveaux matériaux qui ne respectent pas très souvent les normes écologiques recherchées.

C’est d’ailleurs pour cette raison que de nombreux architectes préfèrent réhabiliter les vieux bâtiments, au lieu de construire des nouveaux. Ces anciennes propriétés sont très souvent satisfaisantes pour les nouveaux usagers qui, très vite, y trouvent le confort.

Pour les travaux d’isolement, les architectes optent très souvent pour la laine de bois, la laine de mouton, la paille, le liège, le chanvre, les plumes, des roches volcaniques, et bien d’autres. On a aussi les travaux de peintures et de menuiseries qui nécessitent aussi des matériaux durables.

Il y a aussi la végétation qui fait l’unanimité dans ce type d’architecture. Elle offre aux habitats un environnement qui respectent effectivement les normes écologiques. Elle protège ces maisons contre les températures très élevées, ce qui permet de se passer de la climatisation.

De nos jours, plusieurs entreprises offrent des services d’architecture. Mégastructure par exemple, met à la disposition des demandeurs, des architectes professionnels, experts en la matière afin de les aider à réaliser leurs projets.

Les derniers articles :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Architecture écologique : de quoi s'agit-il au juste? Dans cet article, on vous explique ce que c'est ainsi que son importance.